Le foyer des apprentis
  • Jigiya Bon – Le foyer des apprentis
    Une maison et un soutien pour les apprentis et les étudiants.
  • Jigiya Bon – Le foyer des apprentis
    Quatre apprenties du centre.
  • Le centre Jigiya Bon à Bamako
    Dans la cour, des légumes sont également plantés.
  • Le centre Jigiya Bon à Bamako
    La nourriture est préparée ensemble.
Une maison, et un soutien, pour apprenties et étudiantes

Le centre Jigiya Bon a été agrandi en décembre 2005 avec la construction d’un foyer pour vingt jeunes femmes. Pendant leur formation professionnelle où, cas exceptionnel, la fréquentation d’un lycée où de l’université (financée par le projet), les jeunes femmes habitent le centre.
Avec ce nouveau foyer nous pouvons, grâce aux donateurs, consolider Jigiya Bon de manière durable et permettre aux filles d’accéder à une formation supplémentaire après avoir fini l’école. Parmi les occupantes il y a aussi plusieurs élèves de Jigiya Bon I.
Avec  Jigiya Bon II, les jeunes femmes sont également prises en charge et encadrées, mais elles sont plus indépendantes (elles font par ex. la cuisine elles-mêmes).

Les stagiaires le jour de l'ouverture. Quelques jours plus tard, ils ont déménagé dans leur nouvelle maison.
Faits antécédents

Après des longues négociations, le maire de Daoudabougou a mis à notre disposition le terrain avoisinant le centre Jigiya Bon I pour la construction du foyer des apprentis. Le terrain avait été affecté, auparavant, à l’éducation sanitaire. Etant donné que cet objectif mérite d’être encouragé et pour éviter d’autres négociations, nous avons décidé de laisser à la commune notre salle de réunion de 42 m², qui peut être utilisé aussi par le centre.
A cette salle s’ajouteront un bâtiment avec terrasse pour les apprentis, des toilettes et salles d’eau, un logement pour le gardien et sa famille, une cuisine et un entrepôt.

Sélection des fillesMme Ruth Hoffer, et les collaboratrices du centre, ont choisi des jeunes femmes qui aimeraient apprendre un métier où, exceptionnellement, aller au lycée où à l’université, mais qui ne peuvent pas le faire sans soutien financier.
Parmi les candidates, des jeunes femmes avec un DEF aspirant à une formation professionnelle mais qui n’avaient pas été orientées par l’école les deux dernières années parce qu’elles avaient dépassées l’âge de 17 ans, des filles dont les familles ne peuvent subvenir  à leurs besoins même si celles-ci reçoivent une bourse, des jeunes venant de l’extérieur qui sont exploitées comme domestiques là ou elles sont hébergées.
En outre, nous nous efforçons, pour les plus douées, de les encourager en leur permettant la visite d’autres établissements d’enseignement où universitaire.
La consultation pour le choix de la formation professionnelle et l’accès aux établissements de formation privée a été un processus laborieux, parce que la plupart des filles n’avait pas d’idée claire sur les catégories professionnelles et les formations possibles.
Entretemps, elles fréquentent 5 établissements de formation professionnelle pour apprendre les métiers suivants:

  • infirmière / laborantine / sage-femme / aide-infirmière
  • électricienne / dessinatrice industrielle
  • secrétaire/ comptable
  • transitaire
  • couturière
Le nouveau foyer était construit d'après le modèle par la maison 1 où les plus jeunes élèves habitent. Les bâtiments se rassemblent autour d'une grande cour intérieure.